Ce site utilise des cookies techniques, analytiques et tiers..
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Élections au CGIE

Le Conseil général des Italiens à l’étranger (C.G.I.E.) a été institué par la loi n° 368 du 6 novembre 1989 (modifiée par la loi n° 198 du 18 juin 1998) et réglementé par le décret présidentiel n° 329 du 14 septembre 1998. Le Conseil exerce des activités consultatives pour le gouvernement sur les principales questions d’intérêt pour les Italiens à l’étranger, représente la première étape du processus de développement d’une « participation » active à la vie politique du pays par les communautés italiennes dans le monde, et constitue l’organe essentiel pour leur lien permanent avec l’Italie.

Le Conseil général se réunit en Assemblée plénière, en Commissions continentales et en Commissions thématiques.

Il est composé de 94 membres, dont 65 sont élus directement par les Italiens de l’étranger tous les cinq ans par le biais des assemblées électorales locales.

Les membres électifs sont choisis par une assemblée formée pour chaque pays – ou groupe de pays – par les COMITES régulièrement constituées et les associations de communautés italiennes, en nombre ne dépassant pas 30% des membres des COMITES dans les pays européens et 45% dans les pays transocéaniques.

Dans les pays où les COMITES ne sont pas constituées, les associations de communautés italiennes qui y opèrent depuis au moins 5 ans proposent à la représentation diplomatique le double du nombre de noms prévu.

Les 29 membres restants, nommés par décret du Président du Conseil des ministres, sont désignés comme suit :

  • 10 par les associations nationales d’émigration ;
  • 7 par les partis qui ont une représentation parlementaire ;
  • 9 par les confédérations et patronages syndicaux les plus représentatifs représentés au CNEL (Conseil national de l’économie et du travail) ;
  • 1 de la Fédération nationale de la presse ;
  • 1 de la Fédération unie de la presse italienne à l’étranger ;
  • 1 de l’organisation la plus représentative des travailleurs frontaliers.

Le CGIE est présidé par le ministre des Affaires étrangères, tandis que sont élus le secrétaire général (qui convoque l’assemblée plénière et le comité présidentiel, dirige ses travaux et exécute ses décisions), les quatre secrétaires généraux adjoints pour les trois zones géographiques (Europe et Afrique du Nord ; Amérique latine ; pays anglophones hors Europe) et pour le groupe de membres nommés par le gouvernement, ainsi que le comité présidentiel (composé au total de 17 membres), qui se réunit au moins six fois par an.

Lors de ses deux assemblées plénières annuelles, le CGIE, organe consultatif, examine les problèmes des communautés italiennes à l’étranger, formule des avis, des propositions et des recommandations sur les initiatives législatives ou administratives de l’État ou des régions, les accords internationaux et les règlements de l’Union européenne concernant les communautés italiennes à l’étranger. En particulier, le CGIE formule l’avis obligatoire sur les orientations du gouvernement dans les domaines suivants : dotations de l’État en faveur des communautés à l’étranger ; programmes pluriannuels et financements correspondants pour la politique scolaire, la formation professionnelle et la protection sociale ; critères d’attribution des contributions aux associations nationales, patronages, organismes de formation professionnelle, organes de presse et d’information ; programmes de radio et de télévision pour les communautés à l’étranger ; lignes de réforme des services consulaires, scolaires et sociaux.